Les Tragédies de Juillet

Gwenaël Morin

Eschyle, Sophocle, Euripide

Voilà trois éditions que Gwenaël Morin trimballe son Théâtre Permanent du site antique aux quartiers du 5e arrondissement. On connaît le principe de ce théâtre brut au décor minimal, intimé sur les places et autres lieux insolites par des acteurs surentrainés et rompus à un mode de jeu direct où le texte et les récits tiennent une place de choix. Après une immersion chez Sophocle avec Antigone, Ajax, Œdipe Roi et Électre, Morin glisse jusqu’à Eschyle et Euripide. Ce qu’il nomme les Tragédies de Juillet, ce sont deux choses. La première c’est un rendez-vous à ciel ouvert (désormais rituel) donné au public du Théâtre du Point du Jour et des Nuits de Fourvière dans la chaleur de l’été. La seconde, c’est une ouverture sur un dialogue entre les différentes formes de théâtre grec. En traversant le regard, la pensée, sur un ensemble de situations écrites par ces trois immenses auteurs dans une traduction nouvelle et en les confrontant pour en épouser les lignes de fusion et de fracture, Morin exhume des réalités d’une modernité déconcertante. Tout cela se passera les trois premiers week-ends de juillet, au Théâtre Point du Jour, sur le parking, et se conclura par une intégrale à 5h du matin. On garde encore un souvenir ému des premières lueurs de l’aube accompagnant Ajax sur l’esplanade de l’Odéon. Alors on a hâte de recommencer.

Les Exilées, Eschyle
Vendredi 7 juillet, 20h
Samedi 8 juillet, 20h
Dimanche 9 juillet, 20h

La mort d’Héraclès, Sophocle
Vendredi 14 juillet, 20h
Samedi 15 juillet, 20h
Dimanche 16 juillet, 20h

Iphigénie chez les Taures, Euripide
Vendredi 21 juillet, 20h
Samedi 22 juillet, 20h
Dimanche 23 juillet, 20h

INTÉGRALE
Samedi 29 juillet, 5h du matin

En partenariat avec le Théâtre du Point du Jour
pointdujour.jpg