Nuit Italienne

Richard Galliano

Stefano Bollani

Richard Galliano joue Nino Rota

Stefano Bollani piano solo

Si l’auteur du proverbe “Qui trop embrasse mal étreint” avait écouté Richard Galliano et Stefano Bollani, il aurait révisé son jugement. Car voilà deux hommes qui prouvent qu’on peut parfaitement étreindre tous les objets de ses désirs, et embrasser divinement tous les visages de la beauté.

Dans l’œuvre de Nino Rota, inoubliable compositeur de Fellini (La Strada, La Dolce Vita…) et de BO de légende (Le Parrain, Le Guépard…), Richard Galliano a trouvé de quoi réunir ses multiples passions. L’art de la mélodie toute nue et le chant libre de l’impro, le grand souffle lyrique de l’opéra et les parfums bruts des traditions populaires : toutes les richesses des musiques italiennes s’harmonisent et se réinventent entre les mains de l’accordéoniste et de son quintette.
>>> Ecouter un extrait

Le pianiste Stefano Bollani, lui, est l’un des plus brillants éléments de l’école buissonnière du jazz italien. Ses récitals sont autant de moments de virtuosité amoureuse et ludique, où s’unissent jazz, classique, musiques latines, mélodies populaires… Dans ce numéro de haute voltige, Bollani allie le geste le plus léger à la pensée la plus alerte. Et confirme qu’en Italie, tous les chemins de la musique mènent au plaisir.
>>> Ecouter un extrait

 

En partenariat avec 
italiano.jpg