Yann Tiersen solo

Frànçois and the Atlas Mountains

Heureux qui, comme Yann Tiersen, a posé son inspiration à Ouessant, après un voyage de plus de vingt ans. Avec son dernier album de piano solo, EUSA (le nom breton de l’île), le Brestois s’est ressourcé, donnant à son écriture la pureté du cristal et le tranchant du diamant. Sur scène, c’est ainsi qu’il se présente : sans apparat, mais riche d’une œuvre qui, de ses premières amours minimalistes aux valses d’Amélie Poulain, de mélodies pop en expérimentations post-rock, a franchi toutes les frontières. Et c’est à Fourvière qu’il a choisi de se produire pour l’une de ses très rares escales estivales.
>>> Ecouter un extrait

"Je suis de l’eau", chantait il y a quelques années Frànçois Marry : un autoportrait qui colle parfaitement à ce musicien fluide et atypique, et à son équipage des Atlas Mountains, naviguant librement entre pop, électro et sonorités africaines, comme entre français et anglais. Leur concert à Fourvière est la première date lyonnaise donnée dans le sillage de Solide mirage, un album à la fois tendre et rugueux qui entend opposer sa beauté plurielle au chaos du monde.
>>> Ecouter un extrait