Baro d’evel

Si d’aventure vous aviez vu Bestias, créé sous chapiteau au Domaine de Lacroix-Laval lors des Nuits 2015, vous auriez en tête une fantaisie surréaliste ponctuée d’apparitions animales à élever au rang d’art brut. Vous auriez en tête tous les fantômes des grands héros de l’absurde et du burlesque patinés d’une sauvagerie poétique. Vous auriez en tête des humains magnifiés avec délicatesse et élégance. Vous auriez en tête les peintures rupestres revues par Bonnefrite. surgit d’un blanc immaculé. Un jardin d’Éden. Un lieu et un temps qui auraient pu être au commencement du monde ou bien à la fin du monde. , c’est la première partie d’un diptyque. Un diptyque en noir et blanc. commence. Falaise suivra. Avec , Camille Decourtye et Blaï Mateu Trias, seuls en scène avec leur corbeau pie (noir et blanc lui aussi), dessinent avec grâce une œuvre inédite. Un espace barbouillé au blanc de Meudon. Comme Pina Bausch l’a fait pour la danse, ils dramatisent le cirque, le poétisent, le mettent en récit. Inspirés et précis, ils orchestrent une symphonie éblouissante.

Durée : 1h10

En partenariat avec
ensatt-2020_0.jpg