CALOGERO

ANNIE LALALOVE

Le rockeur d’Échirolles n’a pas attendu la pandémie pour crier son besoin de liberté. Déjà en 2017 dans son septième album Liberté chérie, il réaffirmait sa soif de vivre en homme libre et encourageait chacun à faire de l’émancipation une valeur fondamentale. Il poursuit ce chemin – plus à propos que jamais – avec son nouveau disque Centre Ville, paru à la toute fin 2020. Cette fois, c’est de la liberté dans son plus simple appareil qu’il s’agit : celle de danser, de se réunir, de vivre ensemble. Centre Ville, c’est la vie, les klaxons, ce dont je rêve pour le futur : qu’on se retrouve, qu’on s’embrasse et aussi qu’on en tire une leçon pour la santé et l’écologie, pour demain.” Un album résolument optimiste, porté par des titres enlevés, à commencer par le très beatlesien “C’était mieux après” en ouverture. Rock, pop, new wave, variété… Pourquoi choisir ? Après trente ans de carrière (déjà !), le talent de Calogero est toujours intact et sa capacité à mêler les influences pour créer une authentique pop-rock “franco-saxonne” ne s’émousse pas le moins du monde. Au contraire : elle s’affine d’année en année.