Dionysos

TRANS KABAR

Qui l’eut cru ? Né à Valence dans le bain du rock indé bricolo sous influence américaine des années 90, Dionysos existe depuis plus de vingt-cinq ans. Surprisier, le neuvième album studio du groupe, commence par une crue de la Seine à Paris, où s’échoue une sirène qui débute une histoire d’amour agitée. Avant d’être un album (ou peut-être en même temps), Surprisier est un récit imaginé par le chanteur parolier de Dionysos, Mathias Malzieu, qu’il a décliné en un roman et un film, Une sirène à Paris. Plus de dix ans que ça dure : chaque fois que Mathias invente une histoire, celle-ci se glisse partout, irrigue et rajeunit Dionysos. Le lutin monté sur ressorts est moins chanteur qu’enchanteur de Dionysos, cette machine à faire grandir les rêves. Qui reste, même après trois décennies de concerts, l’un des meilleurs groupes de scène en France. On en frétille déjà des nageoires.

En partenariat avec 
sacem_1.jpg