LES FEMMES DE BARBE-BLEUE

DURÉE D'EXPOSITION

JUSTE AVANT LA COMPAGNIE / ANIMAL ARCHITECTE

Ce n’est pas le premier pont dessiné entre l’ENSATT et les Nuits de Fourvière. L’histoire a commencé en 2012, et depuis, pas un seul été n’est passé sans un mariage inventé au gré des propositions. À l’origine (aujourd’hui encore), il s’agit d’associer aux Nuits les jeunes pousses en caressant le secret espoir de les voir fleurir dans nos théâtres romains. Cette année, dans ce cadre, nous accueillons deux spectacles du festival Impatience porté par le CENTQUATRE-PARIS, Télérama, le Jeune Théâtre national. Ce festival de théâtre émergent met chaque année en orbite huit jeunes équipes soigneusement sélectionnées pour la nature innovante et inspirée de leur travail artistique.

Le jury 2019, qui compte notamment Géraldine Mercier, conseillère artistique des Nuits, a attribué le prix du Jury à Lisa Guez, avec Les Femmes de Barbe-Bleue, mais les conversations tout aussi nourries autour du travail de Camille Dagen l’ont conduit à présenter ces deux spectacles.

Ces compagnies nous semblent être de dignes représentantes de la vitalité de la scène théâtrale actuelle. Ces spectacles, bien que très différents, sont les reflets des problèmes posés par notre temps. Un théâtre au présent, un théâtre d’équipe et d’affinités, deux jeunes femmes maîtresses d’œuvre qui impulsent, dirigent, harmonisent, deux jeunes équipes qui imposent leur style. Quel meilleur lieu que l’ENSATT pour présenter ces deux petits joyaux du théâtre d’aujourd’hui ?

LES FEMMES DE BARBE-BLEUE
JUSTE AVANT LA COMPAGNIE

Qu’y a-t-il derrière ces portes que nous n’osons pas ouvrir ?

Quels étranges désirs, dénis ou conditionnements poussent certaines dans les bras d’un prédateur ? Sur scène, pleines de désir et de vie, les fantômes des femmes de Barbe-Bleue nous racontent comment elles ont été séduites, piégées et n’ont pas su s’enfuir…

Ensemble, avec humour et détermination, elles s’entraident et se soutiennent pour trouver des espaces de résistance, vaincre la peur de leur Barbe-Bleue, ce mal qui se cache en chaque femme et la dévore à coups d’impératifs.

 

DURÉE D’EXPOSITION
ANIMAL ARCHITECTE

Parfois, le réel s’absente – émietté, dupliqué ou dilué.

Par quelles expérimentations minimales ou farfelues, lyriques ou conceptuelles, est-ce qu’on pourrait essayer d’en resaisir des éclats ? La photographie argentique suppose attention et patience, rigueur et incertitude. Et si le système de la prise de vue était un moyen de retrouver les possibilités du présent et de surmonter la séparation contemporaine – notre mélancolie propre ?

Durée d’exposition, c’est comme un jeu à la fois absurde et vital, une tentative, un protocole : transposer performativement chacune des étapes d’un manuel photographique pour s’ancrer ensemble dans un réel ludique, en combinant tous les réglages possibles de l’appareil-théâtre.

Déroulé de la soirée
• DURÉE D’EXPOSITION 1h10
• ENTRACTE 50mn (possibilité de restauration sur place avec Les Bons Plans de Tonton)
LES FEMMES DE BARBE-BLEUE 1h20

En partenariat avec
ensatt-2020_0.jpg