Création, coproduction

LES PLUTÉRIENS

Charles Pennequin / Guillaume Bailliart / ARFI/ Choeur Spirito

« Le terrien est loin maintenant, tellement loin qu’il se dit plus terrien, il dit : ch’uis plus un terrien, ch’uis un habitant de rien, ch’uis un plutérien et j’habite à plus rien… ». Ainsi parle Charles Pennequin, poète lillois, auteur foutraque, polygraphe invétéré, animateur de nombreuses revues, cahiers, blogs et autres épanchements, dont la fameuse Armée Noire.

En répondant à une commande de l’ARFI et du chœur Spirito, il écrit le livret d’une aventure intersidérale pour deux chanteurs (un homme et une femme), un ordinateur quantique, un chœur de femmes (Spirito), et la fantasque Marmite Infernale (ARFI).

Une fusée décolle de la Terre pour échapper à une catastrophe. Son carburant, l’invention poétique ; sa destination, l’imagination. Le voyage sera long et sans retour. L’équipage : des hommes et des femmes aux langages singuliers. La commandante : Thérémine, cheffe incontestable par ses connaissances scientifiques. Le poète : Vélimir, producteur inlassable de textes et de pensées, l’énergie de la fusée. Cantos est l’ordinateur quantique du bord… À la suite d’un rapprochement amoureux et charnel entre Thérémine et Vélimir, Cantos prend le contrôle du vaisseau et automutile tous ses circuits. La conséquence : la fusée se dirige vers le soleil, inexorablement… sauf si…

Et l’utopie du folklore imaginaire prend peu à peu le dessus sur l’écrasante histoire du genre.

En partenariat avec
renaiss_0.jpg