Message In A Bottle

KATE PRINCE, SUR DES CHANSONS DE STING

Première française

Les grandes chansons de Sting, que les Nuits de Fourvière ont déjà accueilli à trois reprises, dont l’année dernière, résonneront une fois de plus au Grand théâtre pour l’ouverture du festival 2020. La chorégraphe anglaise Kate Prince, fan depuis toujours du chanteur, franchit la frontière et fait fi du Brexit pour proposer avec la vingtaine de danseurs de sa compagnie son dernier spectacle, Message In A Bottle, inspiré du drame des migrants et composé de vingt-huit tableaux dansés sur autant de chansons de Sting, lequel, intrigué et séduit par le projet, lui a donné carte blanche.

La narration du spectacle évoque le destin d’une famille que la guerre oblige à quitter son pays à bord d’une embarcation qu’on imagine de fortune, son exil et son installation chaotique dans un pays d’accueil. Le naufrage malgré les gilets de sauvetage, les corps échoués sur la plage, les garde-chiourmes du centre de rétention… on a hélas déjà vu ces images, mais on ne les avait jamais vues comme ça, dansées sur scène en mode hip-hop. On n’avait jamais réalisé non plus à quel point les paroles de Sting, pourtant écrites en 1979, étaient prémonitoires : ce “SOS envoyé au monde”, ce “message dans une bouteille”, ces “centaines de milliards de bouteilles échouées sur le rivage” ne résonnent plus ici comme de la variété pop, mais comme une histoire vraie, des milliers d’histoires vraies.

Incarnée sur scène avec l’énergie du désespoir par les danseurs de la compagnie, la playlist de Sting choisie par Kate Prince (Fields of Gold, Don’t Stand So Close to Me, Every Breath You Take, Walking on the Moon, Englishman in New York, Roxanne, etc.) prend alors un tout autre sens, et il est poignant. C’est celui de l’exil et de la difficile intégration. Mais le spectacle prend résolument le parti de la résilience et de la rage de vivre. Au-delà du drame des réfugiés, c’est le camp de l’espoir et de la joie qu’il choisit.

PORTRAIT • KATE PRINCE

Née il y a quarante-six ans à Southampton, Kate Prince s’est rendue célèbre en Angleterre avec des spectacles de hip-hop qu’elle était alors la première chorégraphe blanche à proposer à l’orée des années 2010 dans le West End de Londres. “Je vois le hip-hop comme une image généreuse de la communauté, de l’amitié et de l’amour. Le hip-hop ne peut pas se réduire au bling et aux femmes qui dansent en bikini doré devant des voitures.” À la tête de sa compagnie ZooNation depuis 2002, elle est artiste associée au Sadler’s Wells Theatre de Londres, où elle vient de créer son dernier spectacle, Message In A Bottle. Elle a également travaillé régulièrement pour la télévision, le théâtre et le cinéma. Et occasionnellement, pour les JO de Londres (2012) et de Pékin (2008), le 90e anniversaire de Nelson Mandela et le Tour de France !

Kate Prince est aujourd’hui l’une des chorégraphes anglaises les plus reconnues, nominée à trois reprises pour les Olivier Awards, la distinction de danse la plus prestigieuse en Angleterre.