NEW ORDER

MERMONTE

New Order, ou l’histoire étonnante d’un groupe qui semble avoir toujours été occupé à renaître… Sa fondation en 1980 sur les ruines de Joy Division, anéanti par le suicide de son chanteur Ian Curtis, marquait déjà en soi un sacré sursaut de vitalité. Il y aura eu ensuite, en 1983, la révolution Blue Monday : un tube mondial qui, aujourd’hui encore, reste à la fois le prototype et la synthèse de choc de tout ce que le mouvement électro a pu engendrer, des premières secousses house jusqu’à Daft Punk. Puis, d’album mutant en album mutant, il y a eu cette façon unique de se régénérer en croisant les tissus du post-punk et de la pop synthétique, en mêlant huile de coude et production hyper léchée. Même le départ de son bassiste historique Peter Hook, en 2007, n’a pas brisé l’élan du groupe de Manchester… Autant dire que les concerts de New Order, balayant un répertoire qui mène de Joy Division au dernier album Music Complete, sont bien plus que de simples “best of” : ce sont de flamboyants traités de savoir-revivre, encore et toujours.
Depuis 2011, le fougueux collectif rennais Mermonte démontre que la pop peut être l'espace de rencontre rêvé entre la poésie et mathématiques, les sens et la logique, le cœur comme il bat et les neurones comme ils bouillonnent – un idéal encore atteint dans leur dernier album Mouvement.