TEARS FOR FEARS

Avec leurs trois premiers albums The Hurting (1983), Songs From the Big Chair (1985) et The Seeds of Love (1989), les Anglais Roland Orzabal et Curt Smith ont fait plus que capter l’esprit des années quatre-vingt, ils ont participé à le définir. Ce fut l’un de ces moments rares, fascinants et un peu miraculeux où un projet artistique au départ conceptuel trouve d’un coup une porte vers le grand public et devient un langage universel. Mad World, Head over Heels, Shout, Everybody Wants to Rule the World… tous ces hits aussi improbables qu’imparables ont un point commun : ils parlent tous de santé mentale, s’intéressent à nos traumas et à leurs origines les plus lointaines, ce “tout premier cri” théorisé par le psychologue américain Arthur Janov, qui donne aussi son nom au groupe (littéralement “des pleurs pour des peurs”). Pas exactement le matériau idéal pour produire du tube à la chaîne ! Sauf qu’en mêlant à leur approche cérébrale de la musique un goût pour l’expérimentation au sens le plus pur et enfantin du terme – appuyer sur tous les boutons pour voir ce que ça fait –, ils ont comme frotté la lampe. Et le génie pop en est sorti.