Vincent Delerm

Yael Naim

-

Si l’on tend bien l’oreille, à la fin de la huitième piste de son dernier album Panorama, on peut percevoir le chant des grillons. Avec un peu de chance, on les entendra en live, le soir de son concert, comme cela arrive souvent une fois que le soleil s’est couché sur la colline de Fourvière. Le chanteur Vincent Delerm est de ces impressionnistes qui construisent leurs textes avec des touches de mots et composent leur musique en laissant un peu de place aux éléments, pour peu qu’ils aient envie de s’y glisser. C’est le cas sur cette fameuse huitième piste, Carver, inspirée des poèmes de l’écrivain américain éponyme. C’est que Delerm le name-dropper est aussi un sacré story-teller. Alors son œuvre commence à ressembler à une divine comédie qui devrait autant à celle écrite et composée par Neil Hannon qu’à l’originale de Dante. En ouverture de cette soirée, la chanteuse et compositrice franco-israélienne Yael Naim, elle aussi grande raconteuse de l’intime, nous fera découvrir les chansons de son album à paraître cette année. Une collection de ballades qui ne dévoilent leur majesté que dans le plus grand des silences et s’écoutent à la tombée de la nuit. Juste avant le chant des grillons.